Guatemala

Organisation communautaire et renforcement identitaire des peuples autochtones

Au Guatemala, la pauvreté dépend encore beaucoup de l’appartenance ethnique. Ce n’est donc guère étonnant qu’Action de Carême axe son engagement sur les peuples indigènes, premières victimes de la faim et de la violence.

Pour le gouvernement guatémaltèque, le progrès passe par l’exploitation des ressources naturelles et par la mise en culture d’immenses plantations de palmiers à huile et de canne à sucre, deux pratiques qui mettent en péril les cultures traditionnelles de la population indigène. Il voulait même privatiser les semences pour favoriser les intérêts des grands semenciers, un projet que les paysan-ne-s ont toutefois réussi à faire capoter en 2014 en se soulevant dans l’ensemble du pays.

 

Les mines et les monocultures ne sont pas les seuls dangers que doivent affronter les familles paysannes : les périodes de sécheresse et les inondations, manifestations du changement climatique, détruisent souvent les récoltes. Les indigènes réclament sans cesse au gouvernement les droits que leur garantit la constitution, mais ce dernier réagit comme il le faisait pendant les années de guerre civile, par le recours abusif à la violence policière et par la criminalisation des défenseurs-euses des droits humains.

 

Buen vivir et augmentation des revenus

 

Les projets d’Action de Carême mettent l’accent sur la revitalisation de la culture indigène. Les peuples autochtones réfléchissent ainsi ensemble à leur cosmogonie holistique connue sous le nom de buen vivir, et à la façon de la matérialiser au quotidien. Nos partenaires leur expliquent leurs droits individuels et collectifs, ainsi que les services publics qu’ils peuvent réclamer à l’État.

 

Fortes d’une nouvelle conscience identitaire, les communautés indigènes demandent ainsi aux autorités locales ou régionales la délivrance de titres de propriété, des écoles et des centres de santé, et formulent énergiquement leurs revendications au gouvernement central. En même temps, elles font revivre leurs techniques agricoles traditionnelles, tout en les complétant par les méthodes de l’agroécologie. La commercialisation de leurs produits leur procure un revenu d’appoint.

 

Le programme Guatemala est un programme œcuménique réalisé en collaboration avec Pain pour le prochain.

 

Les progrès que nous accomplirons prochainement grâce à votre aide :

 

  • Nous favorisons le recours à des techniques agricoles respectueuses de la nature ainsi que la commercialisation de la production.
  • Des juristes populaires aident les familles paysannes à obtenir des titres de propriété.
  • D’ici 2022, le programme comptera 60 000 bénéficiaires, dont la moitié sont des femmes.

GuatemalaPNB par habitantSuperficieEspérance de vieMortalité infantileAlphabétisation
3.34 US-$108 889 km²72 ans3.2 %78.3 %
82.4 US-$41‘285 km²83 ans0.43 %99.6 %
Suisse
GuatemalaSuisse
PNB par habitant3.34 US-$82.4 US-$
Superficie108 889 km²41‘285 km²
Espérance de vie72 ans83 ans
Mortalité infantile3.2 %0.43 %
Alphabétisation78.3 %99.6 %

Projets au Guatemala

Guatemala –
 Exemple de projet

Préserver l’environnement grâce à l’agroécologie

Plus

Guatemala –
 Exemple de projet

Faire pression en faveur des Mayas

Plus

Responsable du programme

Philippa Mund

Responsable du programme Guatemala

+41 41 227 59 35

Mail

Olga Inés Pérez

Coordination

Consulter les documents en lien avec le Guatemala

Documents

Soutenez les populations du Guatemala

1

Montant

Choisissez le montant désiré