Action de Carême  
Éliminer la faim ensemble
Notre logo change, nos valeurs restent. Un grand merci pour votre soutien !
close-disruptor

De graves conflits oubliés de tous menacent le travail de développement

10.05.2017

En République démocratique du Congo (RDC), un conflit ayant déjà coûté la vie à de nombreuses personnes fait rage au Kasaï central et oriental. Dans ces provinces, Action de Carême soutient des projets qui ont déjà périodiquement dû être interrompus. C’est aussi là qu’en mars, deux experts de l’ONU ont été enlevés puis retrouvés morts. La sécurité ainsi que la vie des habitants de toute la région se trouvent menacées.

«Les milices de Kamuina Nsapu développent toujours davantage leur rhétorique aux accents mystico-religieux. Nous ne savons pas comment tout cela va évoluer. Les miliciens attirent beaucoup de jeunes gens en leur faisant miroiter des ‘pouvoirs magiques’ dont ils seraient pourvus et qui les rendraient invulnérables. Ils sont malgré tout tués tragiquement. Toute la semaine, j’ai regardé des photos de ces jeunes abattus de sang-froid par des militaires armés jusqu’aux dents, sans pouvoir faire sens de ces criantes injustices ». Reçues il y a quelques temps par Action de Carême, ces lignes ont été rédigées par l’un de nos partenaires en RDC qui travaille dans la région.

Le conflit a éclaté dès avril 2016, après que des représentants de l’Etat ont refusé, pour des motifs politiques, de reconnaître la nomination du chef traditionnel Kamuina Nsapu. Le décès de ce dernier en août 2016 au cours d’échauffourées avec la police a déclenché des affrontements opposant des milices, qui se battent au nom de feu leur chef, aux forces de sécurité et aux autorités. L’escalade de la violence a déjà coûté la vie à plus de 400 personnes. Des policiers ont été décapités. L’armée, elle, a fait feu sur des populations sans défense. Puis, en mars, vint l’enlèvement des experts de l’ONU dont le décès a affligé la communauté internationale; pourtant, des centaines de Congolais avaient déjà trouvé la mort dans des circonstances d’une rare violence, sans que personne ne s’en émeuve.

Attentat à la vie et à la sécurité

En RDC, une majorité de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et la malnutrition est un phénomène généralisé. Le partenaire que soutient Action de Carême au Kasaï central’ est donnée pour objectif d’améliorer la qualité et la quantité de nourriture disponible. En janvier 2017, les collaborateurs de notre organisation partenaire ont dû quitter la région, craignant que l’on attente à leur vie et à leur sécurité. En février 2017, ils ont pu y retournera la faveur d’une accalmie de la situation.

Depuis mars 2017, les combats ont désormais gagné Kananga, la capitale provinciale. Dans leur volonté de retrouver les rebelles, les forces de sécurité congolaises s’en prennent à d’innocents civils. Les fronts ne sont pas clairement démarqués. Outre des bâtiments publics, des églises ont été attaquées et détruites, obligeant de nombreux prêtres et religieuses à fuir pour chercher refuge dans d’autres villes.

La conférence épiscopale nationale du Congo, la CENCO, a enjoint la communauté internationale à apporter une aide humanitaire aux régions affectées, mais aussi à faire pression sur les instances politiques congolaises pour qu’elles s’efforcent de trouver une issue à la crise. Et François Mercier, chargé de programme pour la République démocratique du Congo chez Action de Carême, de dire « Le moment est venu de mettre un terme à cette tragédie et de protéger la population. La crise politique qui souffle sur tout le pays finit aussi par compromettre notre travail de développement ».

www.actiondecareme.ch

Informations supplémentaires: Colette Kalt, Responsable des médias 041 227 59 51