Matières premières et droits humains

Les minerais sont le moteur du modèle économique dominant : le charbon entre dans la production de notre énergie, l’or dans la confection de bijoux et de téléphones portables et le cuivre dans la fabrication d’automobiles. C’est à un rythme toujours plus effréné que l’on pille les ressources naturelles que la Terre a mis des millions d’années à produire, le corollaire en étant l’exploitation de la population locale.

Il devient de plus en plus difficile de concilier industrie extractive et protection des droits humains, car l’extraction d’or, de cuivre ou encore de charbon prive de plus en plus les populations locales de leur espace vital et de leurs moyens de subsistance. C’est le cas du Burkina Faso, où 14 000 personnes ont déjà dû laisser la place à trois mines d’or, perdant ainsi leurs terres fertiles, sur lesquelles elles pratiquaient une agriculture de subsistance.

Les hommes et femmes spoliés n’ont en général pas leur mot à dire sur des décisions qui transforment leur vie, ce qui ne les empêche d’en payer la facture sociale, écologique et économique. C’est surtout le cas des femmes, qui dépendent particulièrement des ressources naturelles que sont l’eau, la forêt ou la terre pour subvenir aux besoins de leurs familles. 

Placer les États et les multinationales face à leurs responsabilités

Action de Carême défend un modèle économique durable et veut se faire le porte-parole des personnes et des organisations qui s’opposent sur place à la destruction de leurs moyens de subsistance et à la politique souvent déloyales des entreprises minières.

Avec nos partenaires, nous appuyons des hommes et des femmes qui font valoir leurs droits. Il faut contraindre tant les multinationales que les États à répondre de leurs actes dans le domaine des droits humains et de l’environnement. Action de Carême soutient ainsi, à l’échelon tant national qu’international, les personnes et les initiatives qui mettent en place des solutions durables.

Graves lacunes dans le contrôle des métaux précieux

Le rapport du Contrôle fédéral des finances (CDF) publié lundi 22 juin 2020 met une nouvelle fois en lumière « les lacunes du dispositif actuel de surveillance » des métaux précieux en Suisse. Principale plaque tournante mondiale de l’or, la Suisse doit prendre ses responsabilités et lutter contre le commerce de métaux précieux produits en violation des droits humains, réclame une coalition d’organisations dont Action de Carême fait partie.

Lire le communiqué de presse ici.

Il est urgent que le monde se réveille !

18.06.2020

Cinq ans après, l'encyclique Laudato Si' du pape François sur "la sauvegarde de la maison commune" n'a rien perdu de son actualité. Bilan et perspectives.

Plus de 110 évêques réclament que cessent les abus commis par les entreprises

06.07.2020

La déclaration des évêques a été signée par les dignitaires ecclésiaux de pays comme l'Inde, le Myanmar, l'Ouganda et la Colombie, où des communautés p…

Die Minen bringen viel Staub mit sich: Strassenszene in Kolwezi.

RDC : le Covid-19 menace les droits humains et leurs défenseurs

09.06.2020

Malgré un taux relativement bas d’infections confirmées, les mesures pour lutter contre le Covid-19 ont un terrible coût humain pour la population congolai…

Soutenez notre engagement pour une économie durable

Choisissez le montant que vous aimeriez verser
François Mercier

Matières premières et droits humains

Mail

In Defence of Life

Le documentaire montre les efforts et les réalisations de quatre communautés qui résistent contre les projets miniers en Colombie, aux Philippines, en Afrique du Sud et en Roumanie (en anglais).