Merci pour tout, Ferdinand !

08.07.2019

Le vendredi 5 juillet 2019, Ferdinand Luthiger et son épouse Theres ont perdu la vie dans un accident de baignade survenu non loin du siège lucernois d’Action de Carême.

Toujours resté très attaché à notre organisation, Ferdinand Luthiger a œuvré pendant plus de 30 ans au sein d’Action de Carême. Engagé en qualité d’employé de commerce en octobre 1965, il devient directeur adjoint en 1979, avant d’être désigné par le Conseil de fondation en 1984 pour prendre la relève de feu Meinrad Hengartner, fondateur et premier directeur d’Action de Carême. En 1995, Ferdinand Luthiger a remis les rênes de l’organisation à Anne-Marie Holenstein. Même à la retraite, il restait dévoué à notre œuvre d’entraide. Il a ainsi créé un cercle d’amis, a organisé des rencontres entre retraités et n’a jamais cessé de nous rendre visite, participant à tous les anniversaires et autres festivités, généralement aux côtés de son épouse Theres, elle-même très attachée à notre organisation, qui l’a soutenu tout au long de son engagement.

C’est sous une devise prônant le dynamisme et l’ouverture que Ferdinand Luthiger a repris les fonctions de directeur en 1984. Cultivant un mode de gestion très axé sur la coopération, il veillait à favoriser l’épanouissement de chacun de ses employés. Il attachait également une importance particulière tant à l’identité ecclésiale d’Action de Carême qu’à sa nécessaire indépendance vis-à-vis de l’Église et s’exprimait à ce sujet avec une franchise bien à lui. Son mandat a été marqué par le 25e anniversaire d’Action de Carême et la parution du « Manifeste 2000 », exposant une vision œcuménique pour le nouveau millénaire, mais aussi par la création de la Communauté de travail des œuvres d’entraide, aujourd’hui rebaptisée Alliance Sud. À la controverse entourant l’engagement politique des œuvres d’entraide, il a apporté une réponse argumentée fondée sur l’éthique sociale à la lumière de l’Évangile. Voyant Action de Carême comme le porte-parole des pauvres, il s’est engagé résolument pour cette cause.

S’il était un homme d’engagement, Ferdinand Luthiger restait néanmoins réaliste, ce qui lui a permis de remporter l’adhésion de nombreuses personnes. C’était un homme dévoué à ses proches, qui tenait énormément à ses six enfants, à son épouse et, plus tard, à ses petits-enfants, mais aussi à Action de Carême, qui a toujours fait partie de sa famille. Jusqu’à ses derniers jours, il a cultivé ce lien d’attachement particulier qui était le sien et caractérisait son feu sacré. Merci Ferdinand, pour ton profond engagement !

Ton épouse Theres et toi-même laissez un grand vide derrière vous.