Action de Carême  
Éliminer la faim ensemble
Notre logo change, nos valeurs restent. Un grand merci pour votre soutien !
close-disruptor

Grande déception suite aux élections en RDC

25.01.2019

Félix Tshisekedi a prêté serment le 24 janvier dernier après avoir été proclamé président de la République démocratique du Congo (RDC) par la Cour constitutionnelle. M. Tshisekedi va succéder au président sortant, Joseph Kabila. Les craintes de la société civile congolaise étaient bel et bien fondées.

Le fait que les élections aient été reportées à trois reprises, jusqu’au 30 décembre, laissait présager de possibles irrégularités. Les élections elles-mêmes se sont déroulées dans le calme, grâce notamment aux 40 000 observateurs de l’Église catholique. En revanche, le dépouillement du scrutin a duré dix jours au lieu de trois. Après les élections, Internet n’a pas fonctionné et l’accès n’a été rétabli que récemment.

L’histoire vécue en 2011 se répète. Pour l’instant, la situation dans le pays est calme, mais il n’est pas certain que la société civile tolérera cette fraude. Quoi qu’il en soit, une grande désillusion est perceptible. Malgré le grand engagement de la société civile – en particulier de l’Église catholique – une fraude électorale n’a pu être évitée. Cela freine également l’engagement de bon nombre de nos organisations partenaires en faveur d’une plus grande démocratie et d’une plus grande transparence.

Le plus décevant est que, jusqu’à présent, les gouvernements occidentaux n’ont guère fait entendre leur voix critique contre la fraude électorale et l’investiture de M. Tshisekedi. De même, les critiques des observateurs électoraux de l’Église n’ont pas été entendues. Depuis des années, la communauté internationale travaille pour la paix et plus de démocratie au Congo à travers les engagements de l’ONU.

Les quelque 80 millions de Congolais·e·s tournent maintenant un regard critique vers le nouveau président. Les attentes sont grandes : « Le nouveau président ne doit pas oublier le peuple et doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour que la situation de chacune et chacune s’améliore. C’est ainsi que nous l’évaluerons », explique Joseph Kalamba, partenaire de projet de longue date d’Action de Carême.

Merci de votre contribution

Choisissez le montant de votre don