Burkina Faso

Utilisation du mercure dans l’extraction artisanale de l’or

04.05.2021
Napina Odette Toe, coordinatrice de projet chez ORCADE, Ouagadougou, Burkina Faso. © Eva Schmassmann

Un rapport sur la contamination au mercure des orpailleurs au Burkina Faso a été publié en mars 2021 par NADEL, le Centre pour le développement et la coopération de l'école polytechnique fédérale de Zurich, en collaboration avec Action de Carême et son organisation partenaire burkinabé SAGRASY.

Les mineurs artisanaux utilisent le mercure, une neurotoxine dangereuse, pour extraire l’or du minerai. Malgré les diverses tentatives en cours pour réduire et éliminer le mercure dans l’extraction artisanale de l’or, cette méthode reste populaire dans le monde entier, y compris au Burkina Faso. Les travailleurs et travailleuses utilisent le mercure au quotidien, sans l’équipement de protection individuelle nécessaire, ce qui peut potentiellement leur causer de graves problèmes de santé, à eux et à leur .

Depuis fin 2019, grâce à une forte mobilisation de plusieurs partenaires d’Action de Carême – ORCADE, ANDI, UGPAKS et AKOFED –, des dizaines d’orpailleurs artisanaux et des membres de leur entourage ont accepté de faire tester des échantillons de leurs cheveux pour évaluer leur contamination individuelle au mercure. Sur 179 participant·e·s à l’étude, 84,4 % présentaient de faibles concentrations de mercure et étaient classés comme étant exposées à un faible risque. 12,8 % présentait des concentrations moyennes et cinq mineurs (2,8 %) des concentrations élevées. Deux femmes en âge de procréer présentaient respectivement une exposition moyenne et élevée au mercure.

Parallèlement à ces constats, l’étude s’est penchée sur le rôle de la connaissance, de la perception du danger ainsi que de l’accès aux équipements de protection individuelle sur le comportement de protection, dans le but d’encourager les travailleuses et travailleurs à se protéger en suivant les meilleures pratiques. Des campagnes d’information et des formations sur les modalités de contamination au mercure sont révélées nécessaires pour améliorer les conditions de travail dans les mines. Napina Odette Toe, coordinatrice de projet chez ORCADE (Organisation pour le renforcement des capacités de développement), se réjouit de prendre part à cette opération : « Nous renforcerons cette campagne de sensibilisations avec des messages clairs et sans équivoque. »

L’extraction artisanale de l’or a un potentiel significatif pour réduire la pauvreté au Burkina Faso, mais elle a aussi des impacts négatifs importants sur les communautés locales. Les jeunes sont nombreux à être saisis par la fièvre de l’or. Ils abandonnent alors leurs études et tentent de gagner gros en travaillant comme orpailleurs et orpailleuses. Une décision qu’ils paient souvent au prix fort : le travail dans d’étroites galeries et l’utilisation de produits chimiques toxiques prélèvent un tribut élevé et leurs bras font défaut sur les champs.

La non-récupération des émanations de mercure implique également que le métal devient un polluant majeur de l’environnement, et sa présence affecte donc bien au-delà des seul·e·s travailleurs et travailleuses sur les sites miniers. Le mercure utilisé lors de l’extraction de l’or pollue l’eau et le sol, et menace la santé des populations locales.

Le partenaire d’Action de Carême ORCADE sensibilise depuis plusieurs années les orpailleurs et orpailleuses à l’importance de l’agriculture et tente de limiter les effets désastreux de l’orpaillage sur l’environnement. Cela se fait par le biais de forums de théâtre, d’émissions de radio et de « boîtes à images », entre autres. Concernant les émissions radio, Napina Odette Toe soutient qu’il s’agit d’un canal privilégié et efficace : « Il s’agit d’émissions interactives. Comme nous recevons beaucoup d’appels de jeunes orpailleurs, des orpailleurs plus âgés appellent aussi pour donner des conseils aux plus jeunes. »

Renseignements :

  • Diane Crittin, responsable des programmes Burkina Faso et RDC chez Action de Carême