Les conditions de travail dans des entreprises d’électronique en Chine conduisent des employé·e·s au suicide

07.12.2018

Lausanne, le 7 décembre 2018 – Une étude cofinancée par Pain pour le prochain et Action de Carême le confirme : les conditions de travail dans des entreprises d'électronique en Chine augmentent le risque de suicide chez les employé-e-s. L'une des raisons est l'augmentation de la pression et du stress qu’ils et elles subissent avant les périodes de fortes ventes comme Noël. Un groupe de travail multipartite doit maintenant examiner les mesures visant à améliorer les conditions de travail.

« Nous sacrifions notre vie pour obtenir un salaire. » C’est ainsi qu’une employée d’un fournisseur d’électronique chinois décrit les conditions de travail néfastes pour la santé qui la poussent au désespoir. La pression qu’exercent les multinationales sur les cadences de production et les prix est répercutée par les usines de production sur le personnel des chaînes de montage. Le stress au travail – comme celui lié au pic des ventes de Noël – est une raison importante qui contribue à l’augmentation des cas de suicide dans les usines d’électronique chinoises. C’est ce que confirme la nouvelle étude d’Electronics Watch et de l’Economic Rights Institute, cofinancée par Action de Carême et Pain pour le prochain.

 

En 2010, de nombreux cas de suicide chez le fournisseur chinois Foxconn ont fait la une des journaux. La nouvelle étude examine la situation dans d’autres entreprises. Elle montre que les conditions de travail dans les usines jouent souvent un rôle décisif dans les cas de suicide. Parmi les facteurs principaux, on retrouve les conflits, le stress généré par l’absence de moments de repos et de jours fériés, ainsi que les intimidations infligées par le personnel surveillant. De plus, les processus de travail monotones, sans aucune perspective de changement, conduisent à des dépressions et l’insuffisance ou le non-versement des salaires exacerbent la pression psychologique.

 

Conseils pour une consommation équitable

 

167 cas de suicide ont été analysés dans le cadre de l’étude. Elle a été suivie d’enquêtes dans 44 entreprises et d’entretiens avec 252 employés dans quatre usines. Dans l’intérêt des salariés, les auteurs de l’étude ont fait le choix de ne pas mentionner les noms des entreprises. L’objectif est de favoriser l’engagement de celles-ci et de créer un groupe de travail multipartite, en collaboration avec Electronics Watch et l’association industrielle internationale Responsible Business Alliance (RBA), afin d’améliorer concrètement les conditions de travail des personnes concernées.

 

Pain pour le prochain et Action de Carême s’engagent depuis longtemps en faveur de meilleures conditions de travail dans le secteur électronique. « La consommation et le remplacement toujours plus rapide des appareils électroniques augmentent la pression de production et le stress, et donc le risque de suicide pour les employé-e-s , explique Karin Mader, responsable du programme. Il est particulièrement important d’attirer l’attention sur ces interrelations pendant la période de Noël qui favorise une consommation élevée. Outre le dialogue direct et les exigences envers les entreprises, les revendeurs d’électroniques et leurs fournisseurs, Pain pour le prochain et Action de Carême proposent également des conseils concrets pour rendre la consommation électronique plus responsable. À l’approche des fêtes de Noël, les deux œuvres recommandent vivement de privilégier la réparation des équipements, l’achat de produits équitables ou d’occasion avant de songer à acheter du neuf.

Informations et interviews :

Karin Mader, responsable du programme droits humains dans le secteur électronique à Pain pour le prochain / Action de Carême 079 489 3824, mader@bfa-ppp.ch

[donation_teaser teaser_theme= »donation-teaser-light » show_sidecontent= »0″ donation_page_id= »10681″ title= »Soutenez notre engagement en faveur des droits humains dans l’industrie informatique » nextbutton= »Faire un don » campaign_id= »-1″]